La Maison Thérèse-Casgrain

Historique

En 1980, la Société Elizabeth Fry du Québec ouvre la Maison Thérèse-Casgrain, une maison de transition pour femmes, la première du genre au Québec. Installée dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, elle dessert actuellement la région montréalaise ainsi que l'ensemble du territoire sud-ouest de la province. Elle héberge chaque année environ 100 femmes qui, toutes, sont en démarche de réinsertion sociale.

Elle est financée en grande partie par le Service correctionnel du Canada et les Services correctionnels du Québec.

La Maison Thérèse-Casgrain peut accueillir jusqu'à 32 personnes pour des séjours d'une durée qui varie de quelques semaines à plusieurs mois. Les résidantes sont référées par la Maison Tanguay, l’Établissement Joliette et par les cours de justice ainsi que par les intervenants correctionnels de la communauté. La majorité d'entre elles, soit 70 %, proviennent du milieu carcéral dans le cadre d'un programme d'absence temporaire ou de libération conditionnelle. Elle peut aussi recevoir des femmes en sursis d’emprisonnement et en probation dans le cadre de mesures alternatives à l’incarcération.

Les objectifs

La Maison Thérèse-Casgrain a pour objectifs :

  • d'être une solution de rechange à l'incarcération;
  • de prévenir la récidive;
  • de responsabiliser la contrevenante face à son comportement;
  • de favoriser chez la contrevenante des attitudes et des habiletés qui lui permettront de développer son potentiel;
  • de favoriser la réinsertion sociale de la femme contrevenante.

 

 
 
Page précédente 
Retour vers le haut
   
 
 
 
 
© Elizabeth Fry Quebec 2007
modifié le 18 septembre 2007